Consentement éclairé de la personne indispensable.

Bilan biologique initial disponible ici.

  • développement de la pilosité faciale et corporelle (3 mois à 5 ans)
  • mue de la voix (3 mois à 2 ans)
  • épaississement de la peau, production de sébum et acné (1 mois à 2 ans)
  • modification de la répartition des graisses au niveau de la ceinture abdominale (3 mois à 5 ans)
  • prise de masse musculaire (6 mois à 5 ans)
  • agrandissement du clitoris (« dicklit ») (3 mois à 2 ans)
  • atrophie vaginale (3 mois à 2 ans)
  • disparition des menstruations (2 à 6 mois, ⚠ n’est pas systématique)
  • modification de la libido
  • changement de ligne capillaire et calvitie potentielle (à partir d’un an)
  • changement des odeurs corporelles
  • augmentation de la chaleur corporelle et de la sudation

Note : les changements irréversibles sont en italique.

 
  • Cancers androgéno-dépendants (certains cancers du sein)
  • Cancer de l’endomètre
  • Certaines tumeurs malignes provoquant des hypercalcémies
  • Tumeur hépatique ou antécédents de tumeur hépatique
  • Insuffisance cardiaque, rénale ou hépatique sévères
  • Maladie cardiovasculaire ischémique instable
  • Grossesse ou allaitement
  • Hypersensibilité à l’un des composants

Testosterone Enantate (Androtardyl 250 mg) :

  • Posologie initiale : 1 injection IM de 1/4 à 1/2 ampoule tous les 15 à 21 jours, selon l’intensité des effets et la rapidité désirées par la personne trans
  • Posologie d’entretien : 1 injection IM de 1/2 à 1 ampoule tous les 15 à 21 jours
  • A ajuster selon les effets désirés, le ressenti, la tolérance et le taux de testostérone (norme entre 7 et 30 nmol/L)
  • Primo-prescription restreinte à un·e spécialiste : endocrinologue, urologue ou gynécologue
  • Renouvellement possible par le médecin généraliste
  • Prescription de soins infirmiers à domicile (+/- avec apprentissage de l’auto-injection) ou à faire seul·e si la personne le désire
  • Ne pas oublier la prescription du matériel d’injection : seringues de 2 mL + aiguilles (20 à 23G selon habitudes)
  • ⚠ L’injection peut être douloureuse, le produit doit être injecté très lentement

Signes de surdosage : rétention d’eau, bouffées de chaleur, fatigue, fourmillements dans les mains ou les pieds, douleurs articulaires ou musculaires, sensation de nervosité ou d’agitation excessive.

Signe de sous-dosage : sensation de fatigue prononcée, particulièrement en fin de cycle.

  • Testosterone undecanoate (Nebido 1000 mg LP), non remboursé : 1 injection IM toutes les 10 à 14 semaines
  • Testosterone undecanoate PO (Pantestone 40 mg) : 2 comprimés matin et soir / ⚠ Hépatotoxique, risque de MTEV, prise de poids
  • Androgel 20,25 mg, non remboursé : 2 pressions sur la pompe (soit 40,5 mg de testostérone) appliquées une fois par jour, environ à la même heure, de préférence le matin

Fréquence augmentée :

  • Polyglobulie
  • Prise de poids
  • Acné
  • Alopécie androgénique (calvitie)
  • Apnée du sommeil

Fréquence peu augmentée :

  • Augmentation des enzymes hépatiques
  • Hyperlipidémie

Possibles en présence de facteurs de risques additionnels :

  • Déstabilisation de certain troubles psychiatriques
  • Maladies cardio-vasculaires
  • Hypertension
  • Diabète de type 2

Consultation à M3, M6 puis tous les 6 ou 12 mois :

  • Bilans des effets des traitements attendus, rechercher d’évenutels effets indésirables
  • Rechercher des signes de surdosage / sous-dosage
  • Penser à parler contraception si besoin
  • TA
  • Poids
  • Informer sur les risques CV, encourager l’arrêt du tabac, inciter à l’activité physique

Bilan à M3 :

  • NFS
  • Bilan lipidique et glycémie à jeun (puis selon ATCD au moins une fois tous les 5 ans)
  • ASAT, ALAT
  • GGT
  • PAL
  • Testostérone totale, en milieu de dose, le matin à jeun

Bilan à M6 puis M12 puis annuel :

  • NFS
  • ASAT, ALAT
  • GGT
  • PAL
  • Testostérone totale, en milieu de dose, le matin à jeun

Pour stopper les menstruations : ⚠ contre-indiqué si prise de testostérone concomitante.

  • Danazol (Danatrol 200 mg) : antigonadotrope dont le rapport bénéfice/risque doit être bien évalué avant la prescription
  • Contraception oestro-progestative

Produits à effet local :

  • Androstanolone (Andractim 2,5%), remboursé sur ordonnance d’exception :
    • Stimulation de la pilosité et du dicklit
    • ⚠ Risque de transfert à d’autres personnes par contact cutané étroit
  • Minoxidil (Alopexy 2%) :
    • Stimulation de la pilosité
    • ⚠ Effets indésirables nombreux, déconseillé
Pour lutter contre la sécheresse vaginale :
  •  Promestriene (Colpotrophine en crème ou capsules vaginales) : en cas de gêne vulvaire et/ou vaginale

⚠ Sous THS, la fertilité diminue mais le risque de grossesse est toujours présent !

⚠ Contre-indication des œstroprogestatifs !

  • Pilule progestative
  • Implant progestatif : Nexplanon
  • DIU hormonal
  • DIU cuivre
  • Préservatifs

Sources : Outrans, WPATH, Protocole de santé trans de la Maison Dispersée de Santé de Lille-Moulins, Wikitrans, Trans posé·e·s (1) et (2), FTM Information, Biomnis, Acceptess-T, Guidelines and protocols for hormone therapy and primary health care for trans clients (Sherlbourne Health Center), ReST

Date de dernière modification : 06/03/2021